Poisson rouge et têtard

Une histoire d'amour (pas) comme les autres.

 

C'était un petit groupe de têtards. Tous venaient de sortir
de leur œuf depuis quelques jours seulement. Il y en avait des plus ou moins
agiles, plus ou moins rapides. Romain était dans la moyenne, normal sans plus.
Romain était un grand romantique. Il cherchait l'âme sœur dès ses premiers
jours de vie, interrogeant les représentantes de la gente féminine pour
découvrir celle qui répondrait le mieux à ses valeurs. Il la trouva après de
nombreuses rencontres. Il a même du aller à l'autre bout de la mare pour la
trouver. Mais enfin, elle était là: Julie. Des formes bien proportionnées, un
peu ronde, toute mignonne avec de petites nageoires rigolotes d'un rouge
éclatant. C'était bizarre mais ce n'était pas grave pour Romain. Ca la rendait
unique. Il ne sut pas dire ce que c'était et d'ailleurs peu lui importait. Il
l'aimait. Voilà tout.

 

Julie était un poisson rouge. Mais à cet âge-là, ça ne
faisait pas beaucoup de différence. C'était tous les deux de petites boules
avec une nageoire en forme d'éventail. Bon, l'éventail n'était pas orienté
pareil mais qu'importe cela.

Cette attirance fut immédiatement réciproque. Julie trouvait
ce têtard bien profilé. Il avait l'air plus déterminé, plus ambitieux que les
autres gars qui l'ont courtisée. Ca se voyait à sa façon de se tenir, à sa
façon de nager. Clairement, il sortait du lotce Romain.

 

Ils commencèrent à se fréquenter, de longues balades en
amoureux, visitant les moindres recoins de la mare. Ils s'amusèrent à nager
l'un autour de l'autre, à faire des bulles. Brefs, de jeunes et beaux amoureux.

Ils se mirent en ménage. La vie de couple se passait bien.
Contrairement aux autres couples qui ne savaient pas communiquer, Romain et
Julie avaient suivi des formations en communication. Ils ont tout fait. La PNL, l'AT,
la PCM, la CNV  et d'autres trucs dont j'ai oublié les noms. C'est vrai que ça leur a beaucoup servi pour gérer les conflits du quotidien. Tous les animaux de la mare
enviaient cette merveilleuse entente dans leur couple.

Romain avait de temps en temps envie de sortir de la mare.
Il en parla à Julie. Celle-ci refusa de quitter sa petite maisonnette. Rien de
grave qu'une différence de goût comme d'autres différences qui devaient les
enrichir mutuellement. Oui, nous nous enrichissons de nos différences. C'est ce
qui s'est dit dans la sagesse des têtards aussi.

 

L'envie de Romain d’aller visiter le monde revenait, de plus
en plus forte. Il sentait que quelque chosait bouillonnait en lui. Il essaya de
convaincre sa petite Julie. Avec toute la diplomatie donnée par les méthodes de
communication, il arriva à faire accepter à Julie l'idée de sortir de l'eau.
Elle le fit par amour. Quelques instants seulement car très vite elle s'est
sentie mal sur la berge. Elle regagna rapidement sa maison dans l'eau.

On assista alors à leur première dispute.

Il lui reprocha d'être peureuse, d'être trop timorée, de ne
pas prendre de risquequ'on ne pouvait pas avancer dans la vie si on restait
tout le temps dans son cocoon.

Elle lui dit qu'il est important de se satisfaire du moment
présent, qu'il est un éternel insatisfait, qu'il veut toujours plus, que s'il
ne peut pas être heureux ici, dans la petite mare il ne pourra être heureux nul
part.

 

Chaque fois que Julie sortait de l'eau pour Romain, elle
s'essoufflait. Rapidement, elle agonisait.

Chaque jour que Romain restait dans l'eau, il s'étouffait.
Rapidement, il dépérissait.

Chacun d'eux reprochant alors à l'autre de ne pas être comme
lui, de mettre le couple en péril. Et que si ça continue, ils vont se séparer,
mais la faute viendra de l'autre.

...

« Les personnages et les situations de ce récit étant
purement fictifs ou presque, toute ressemblance avec des personnes ou des
situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite ou presque »

 

Et si la faute venait de nulle part.

Et si le destin d'un têtard était de quitter la mare pour
vivre à l'air dit libre, sur la terre dite ferme.

Et si le destin d'un poisson rouge était de rester dans la
mare, dans l'eau natale.

A qui la faute alors? Peut-être de personne. Ca devait se
passer comme ça. On ne peut pas demander à un têtard de grandir dans l'eau où
il est né. On ne peut pas demander à un poisson rouge de grandir ailleurs que
dans l'eau de sa mare.

 

Les donneurs de leçons diront qu'il fallait que Romain
épousa un têtard et Julie un poisson rouge. Mais alors quoi, ils n'auraient pas
eu ce bonheur ! Ce bonheur a duré le temps qu'il a duré mais c'était un
bonheur unique. De toute façon, aucune autre demoiselle de la mare ne plaisait
à Romain comme aucun autre poisson ne trouvait grâce aux yeux de Julie.

Certains diront que c'était une malédiction du destin que
d'obliger deux êtres à se séparer.

D'autres diront que c'était une bénédiction du destin que
d'avoir permis à deux êtres de se réunir.

"Oui, mais ça n'a pas duré", disent les premiers.
"Oui, mais la vie ne dure pas éternellement non plus", répondent les
seconds.